Edition 2024

20ème Plateforme Francophone des Agglomérations

Programme

Participations et transition socio-environnementales

Dans un monde et une société en pleines mutations (écologiques, sociales, économiques, technologiques, territoriales, politiques…), les stratégies et les politiques de transitions des agglomérations évoluent et se conçoivent — à l’articulation de réflexions autour des questions de démocratie locale, de droit à la ville, de luttes contre les inégalités et les discriminations ou encore de communs urbains. En suivant de nouvelles façons plus collaboratives de penser dans et par le territoire, la question des transitions s’envisage en effet à l’aune d’un contexte spécifique, tant d’un point de vue social, environnemental, économique et technique. Cet ancrage est nécessairement contingent des acteurs locaux, des habitants, des usagers des territoires concernés. Les collectivités locales cherchent ainsi à mobiliser les acteurs concernés suivant un ensemble de processus et dispositifs participatifs aux côtés d’élus, d’experts, de représentants de lobbies industriels et d’ONG.

L’articulation entre participation et transition est d’autant plus délicate et importante que ces transitions ne pourront pas se faire sans une contribution volontaire et active du plus grand nombre des acteurs de ces territoires. Ces transitions sont si globales que tout ne pourra être régulé, et que de même, le respect de toutes les règles ne pourrait être contrôlé. Il s’agira ainsi nécessairement d’accompagner et d’enrôler. Et dans le même temps, on observe déjà aujourd’hui l’émergence d’un clivage important ou fondamental entre ceux qui considèrent qu’il faut aller plus vite, et ceux qui plaident pour une transition plus progressive permettant de préserver, pour un temps au moins, les modes de vies actuels.

L’édition 2024 de la PFA propose à cet égard de mettre en dialogue les efforts initiés par les pouvoirs publics des pays (ou province) partenaires ; Belgique, France, Luxembourg, Québec, Suisse ; pour associer la société civile à l’élaboration de politiques et d’actions de transitions socio- environnementales et ce, selon des modes plus ou moins larges et ouverts (participation libre, tirage au sort, désignation, etc.) au sein de dispositifs variés — assemblées publiques, mini-publics, conseils de quartier, audiences publiques, comités consultatifs, démarches participatives, etc.

Source : Le participatif, un guide pour accompagner vos démarches participatives, Ville de Lausanne, 2023, p.18, https://www.lausanne.ch/portrait/cohesion-sociale/participation/a-propos/guide-participation.html

Dans une perspective pluridisciplinaire de recherche appliquée, de valorisation et de formation, le but de l’édition 2024 de la plateforme francophone des agglomérations est de rendre compte des déclinaisons nationales, régionales et locales des formes de la participation, de mettre en exergue des expériences diverses, des contributions politiques, sociales ou culturelles hétéroclites de l’agir démocratique, afin d’illustrer la manière dont le sens du « principe de démocratie participative » trouve localement à s’exprimer. En effet, dans chacun de nos pays les démarches participatives sont en vogue, elles sont même rendues obligatoires dans certaines dispositions réglementaires ; il s’agit dès lors de les évaluer et d’en tirer certains enseignements. Quelles sont leur plus-value ? Quels enjeux soulèvent-elles en matière d’enrôlement des publics – y compris ceux ordinairement laissés en lisière de la chose publique- et de représentativité des publics mobilisés ? 

Ces démarches participatives entendent par ailleurs reconnaître à chaque citoyen une capacité juste et légitime d’action politique tout au long du processus de programmation-conception-réalisation et éventuellement évaluation des politiques et actions publiques ; Quelle est l’effectivité de ces intentions ? Comment sont-elles mise en œuvre ? Ces formes régénérées de démocratie visent également à favoriser un échange de savoirs et d’opinions de façon à bonifier le processus décisionnel et à favoriser l’émergence d’une appropriation de la décision qui en découle. Souvent, il s’agit pour cela de contrebalancer certaines asymétries, un déséquilibre des capacités à saisir les enjeux et contraintes de l’action publique. Comment opère ce renforcement des capacités d’agir (empowerment) et comment jauger les marges de manœuvre des citoyens par rapport aux décideurs ? L’enjeu porte également sur l’acceptabilité sociale des décisions prises : Comment celles-ci sont-elles accueillies ? Comment s’organisent les éventuelles oppositions ? Les projets alternatifs trouvent-ils l’écho souhaité auprès des pouvoirs publics ? L’évaluation des mesures adoptées soulève également quelques interrogations : comment opère-t-elle ? Sur un mode participatif ? les mesures répondent-elles à l’urgence de la crise climatique ?

Parallèlement à ces questions fondamentales, la PFA 2024 vise également à aborder des aspects plus organisationnels ou méthodologiques. Comment les institutions publiques gèrent-elles les diverses démarches participatives qui se déploient sur leur territoire ? De quelles ressources se dotent-elles ? Comment les cadres législatifs évoluent-ils pour donner une place à la participation citoyenne dans la gouvernance publique ?  Comment sont conçues les étapes de l’évaluation et du monitoring des démarches participatives ? Les exemples et expérimentations qui serviront de base à l’organisation de la PFA seront tirés des thématiques urbaines, au sens large et à différentes échelles (urbanisme transitoire, rue vivante, urbanisme tactique).

Source : Le participatif, un guide pour accompagner vos démarches participatives, Ville de Lausanne, 2023, p.60, https://www.lausanne.ch/portrait/cohesion-sociale/participation/a-propos/guide-participation.html

Programme détaillé

Lundi 24 juin

Etude de cas et visite de terrain : projet "Métamorphose"

Le projet Métamorphose et plus particulièrement celui des Plaines du loup est le cas d’étude proposé. C’est l’un des projets majeurs et structurant de la ville de Lausanne de ces 20 dernières années. Ce projet implique une nouvelle ligne de métro, des grandes infrastructures sportives (stade) ainsi qu’un grand éco-quartier qui se développe en plusieurs phases. Les intentions en termes de durabilité et de participation du projet Métamorphose ont été fortes dès les premières intentions. Le processus a toutefois rencontré des enjeux d’acceptabilité sociale et politique impliquant différentes formes de participation, notamment un référendum et des démarches participatives. Le projet a fait l’objet et fait encore l’objet de démarches participatives.

https://www.lausanne.ch/officiel/grands-projets/metamorphose.html

Intervenants :

  • Nathalie Aebischer, architecte et urbaniste,  responsable de communication et de la participation pour le projet Métamorphose
  • Autres acteurs locaux impliqués à différents titres dans la réalisation et la mise en œuvre du projet Métamorphose (membres de coopératives, de groupes de travail encore actifs, etc.)

Mardi 25 juin

Partage d’Expériences internationales

Cette journée a pour but de partager des expériences menées en Europe et en Suisse en matière de participation et transition environnementale. Elle comprendra huit interventions de 25 minutes, suivies de 20 minutes de discussion. Celles-ci concerneront, en matinée, des démarches participatives en lien avec des projets de transition environnementale ou des projets territoriaux impliquant des enjeux de transitions importants. L’après-midi sera consacrée à la présentation de dispositifs institutionnels (service par exemple) ou de gouvernance visant à accompagner la mise en œuvre de démarches participatives.

Les interventions aborderont notamment, en donnant de la place à une réflexion critique 

Intervenants :

  • Natacha Litzistorf, élue des Vert•e•s à la Municipalité de Lausanne en charge du Logement, de l’environnement et de l’architecture.
  • Alain Plattet, chef de service du domaine « vie de quartier » de la Ville de Lausanne
  • Frédéric Josselin, chef du service concertation et communication de l’office de l’urbanisme de l’Etat de Genève
  • Marc Favez, responsable pour le projet Quartiers Solidaires de l’Unité Travail social communautaire de Pro Senectute Vaud
  • Renée Hostert, cheffe de la division de la coordination juridique du département d’aménagement du territoire du ministère luxembourgeois de l’aménagement du territoire
  • Frédéric Durand, chercheur au Luxembourg Institute of Socio-Economic Research 
  • Michel Rochefort, professeur au sein du Département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal
  • Stéphanie Willems, référente Service Participation chez PerspectiveBrussels, Région de Bruxelles-Capitale
  • Intervenants français, québécois et belges encore à confirmer
Présentations :
  • « Démarches participatives et aménagement du territoire au Luxembourg » par Renée Hostert et Frédéric Durand
Les interventions aborderont également :
  • La forme du dispositif participatif ou de gouvernance, mais aussi les objectifs et principes et ce qui a guidé le choix de la forme
  • Les résultats obtenus : qu’est-ce que cela a produit ? comment les résultats sont-t-ils utilisés ou valorisés ? Par qui ?
  • Le bilan : les points forts et points faibles. Les sources d’amélioration.

Mercredi 26 juin

Journées de réflexion : Ateliers participatifs

Cette journée sera consacrée à des ateliers participatifs qui permettront d’ouvrir un dialogue, de partager des problèmes et des solutions entre acteurs suisses et européens de la participation. Elle sera organisée avec le soutien de REROPA (réseau romand de la participation). La journée tournera autour d’un ensemble de questions en lien avec le programme des quatre jours. Celles-ci pourraient être, par exemple :

  • Comment rejoindre les « bons publics » dans les démarches participatives visant des enjeux de transitions ? Quels objectifs et moyens pour quels publics ?
  • Comment garantir une prise en compte des résultats des démarches participatives ? Quelle relation entre les processus participatifs et les processus ou procédures décisionnelles.

Dans de brèves séquences (45 minutes env.) les participants provenant de différents horizons géographiques et professionnels travaillent ensemble à la production d’une réponse à l’une des questions préparées. La réponse peut prendre la forme d’expériences pratiquées ici ou là, de réflexions théoriques ou de recommandations, mais elle peut aussi consister à reformuler ou préciser la question générale. Chaque séquence de travail est suivie d’une mise en commun permettant le croisement des réponses. Un groupe de discussion pourrait rassembler des participants à distance.

Intervenants :

  • Muriel Sanchez Solorzano, coordinatrice de la participation de l’unité durabilité et participation de la direction du logement, de l’environnement et de l’architecture

Programme et informations : https://reropa.ch/ateliers-de-reflexion/

Jeudi 27 juin

Synthèse et organisation de la prochaine plateforme

La dernière demi-journée permettra aux membres de la plateforme d’échanger sur le déroulement de l’édition 2024 et l’organisation des prochaines éditions. 

Comité

Jean Ruegg, Professeur et Directeur de l’Institut de Géographie et Durabilité (IGD) à l’Université de Lausanne (UNIL)

Florent Joerin, Professeur et Directeur de l’Institut d’ingénierie du territoire (INSIT) à la Haute-école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD)

Muriel Sanchez Solorzano, Coordinatrice de la participation, Direction du logement, de l’environnement et de l’architecture, Ville de Lausanne

Fabien Jakob, Premier assistant à l’Institut de Géographie et Durabilité (IGD) à l’Université de Lausanne (UNIL)

Partenaires

Université de Lausanne, Institut de Géographie et Durabilité

Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud, institut d’ingénierie du territoire

Ville de Lausanne

Réseau Romand de la Participation

Faîtière Suisse de la Participation